Homblières

A seulement 3 km de Saint-Quentin, Homblières. Alors que cette petite bourgade d’un peu plus de 1500 habitants aurait pu devenir un quartier de la capitale de Haute-Picardie, une cité dortoir, elle a su conserver son âme pour demeurer un véritable village, où il fait bon vivre.

Homblières a un long passé. On trouve trace de ce village, alors appelé Humularia, sur des documents datés du VIIe siècle. A l’époque, l’évêque de Noyon, le célèbre Saint-Eloi, y fit construire une abbaye qui fut dirigée de 670 à 692, par celle qui devint Sainte-Hunégonde. Une rue et une statue honorent cette Sainte.

Lors de la première guerre mondiale, les soldats allemands occupèrent ce que l’on appelait le château d’Homblières, puis le fire sauter avant de le quitter. De l’abbaye ne subsiste que le porche construit au XVIIIe siècle, une des fiertés du village, qui ouvre sur un vaste parc.

Le destin d’Homblières est décidément lié aux grands combats de la France. Son presbytère était à la fin de la Grande Guerre, le siège de l’état major du général Debeney qui commandait le secteur. C’est là, dans la nuit du 7 au 8 novembre 1918, que firent halte les plénipotentiaires allemands venant de La Capelle, qui se dirigeaient vers Rethondes, où ils signèrent l’armistice le 11 novembre 1918.

Après deux mandats de conseiller, puis deux de premier adjoint, Philippe Brasset est maire depuis 1995. La politique volontariste a porté ses fruits ces dernières années, puisque la population d’Homblières a augmenté d’un tiers. Tous les ingrédients nécessaires au confort semblent réunis: épicerie, boulangerie, charcuterie, café, médecins, pharmacie, infirmière, kinésithérapeute, bureau de poste et particularité, un restaurateur dont la spécialité est la viande d’autruche, qu’il élève lui-même ! Deux transporteurs, une entreprise spécialisée dans la rénovation des palettes et de nombreux artisans: couvreur, menuisier, électricien… sont installés à Homblières.

Avec près d’un tiers de sa population âgée de moins de 20 ans, Homblières fait la part belle à la jeunesse.

Le 27 août 1944, le destin frappait une nouvelle fois. A Fontaine-Notre-dame, les allemands fusillaient 19 résistants, dont 8 jeunes d’Homblières. Dans le cimetière un monument a été érigé en leur mémoire, et les principales rues de la commune portent leurs noms.

Derrière le porche de l’ancienne abbaye, le poumon vert d’Homblières. Un parc de près de 10 hectares et un étang.

Une école maternelle et une primaire accueillent 160 élèves. Les activités sportives proposées sont nombreuses: équitation, attelage, gymnastique, badminton, tennis, arts martiaux, football, hand ball… Pour les loisirs : marche, vélo… une fanfare, un club de voyages, un du 3e âge, un concours des maisons fleuries…

Une infrastructure de plus de 700 m2 accueille les clubs et à côté, la salle Pia Colombo d’une capacité de 250 places. Cette chanteuse qui connut la célébrité dans les années 60, lors de tournées avec Georges Brassens entre autres, est née à Homblières en 1930.

Homblières est devenue un petit paradis recherché : < Ici, c'est loué avant d'être à louer. Nous avons fait le choix d'être plus vert qu'industriel > explique avec fierté Philippe Brasset.

Les projets ne manquent pas : rénovation de l’éclairage public, de la mairie, des routes, des trottoirs et étude pour la construction de nouveaux lotissements. Le CIL possède un terrain de 60.000 m2 à proximité du parc. A bon entendeur salut !