Contescourt

À 8 km au Sud de Saint-Quentin, sur la pente d’un coteau situé près de la rive gauche de la Somme, on découvre la plus petite des 20 communes de la Communauté d’Agglomération, Contescourt.

Habité aujourd’hui par 79 âmes, ce charmant petit village a enregistré sa plus forte densité de population en 1856, avec 196 habitants. Après des mandats de conseiller municipal puis d’adjoint au maire, Roland Mortelli devient en juin 95 premier magistrat de Contescourt. Assisté de 2 adjoints et 7 conseillers, il a entre les mains la destinée de cette commune établie sur un territoire de 342 hectares. Outre la petite mairie et sa place Raphaël Wilbert rénovée l’an dernier pour des raisons de sécurité, Contescourt possède des marais en indivision avec les communes de Castres et Fontaine-les-Clercs.

Comme de nombreux villages de la région, Contescourt fut totalement détruit pendant la première guerre mondiale. De l’ancienne localité construite un peu plus bas sur le coteau, rien ne subsiste aujourd’hui, si ce n’est le cimetière et une maison où vit un véritable ermite, sans eau ni électricité. Reconstruit de 1922 à 1925 avec les dommages de la guerre, Contescourt est devenu un village qui fleure bon la quiétude de nos campagnes. Hormis la départementale qui relie Grugies à Seraucourt-le-Grand, Contescourt ne compte que deux petites rues en tout et pour tout. Autre particularité du village, son église, celle-ci est la seule de la région a être recouverte de tuiles. Sans curé depuis près d’un quart de siècle, la petite église accueille encore un office religieux à quelques rares occasions.

Le regard des promeneurs s’arrête régulièrement sur les deux tours qui ornent l’entrée de la seule exploitation agricole, et sur une magnifique demeure appelée « le manoir » par les Contescourtois.

L’ancienne école, fermée depuis 1976, a compté jusque 5 classes. Elle a été transformée en foyer rural. Louée aux Contescourtois mais également aux personnes extérieures au village, (avec ou sans vaisselle), à la demi-journée ou au week-end, cette salle abrite réceptions et repas.

Témoignage irréfutable d’une certaine stabilité, les plus anciens registres d’état civil de la commune, datent de 1790. « Ici c’est une grande famille », aime à, rappeler Roland Mortelli, natif de Contescourt.

Avec une population composée pour 34% de moins de 20 ans, les élus entendent bien faire vivre cette « famille ». Chaque année un journal baptisé « L’écho de Contescourt » relate les travaux, décisions et autres actes relatifs à la vie de la commune.

Des projets, la plus petite localité de la Communauté d’Agglomération n’en manque pas. Les dossiers, l’assainissement a été réalisé en 2002, l’enfouissement des lignes électriques et téléphoniques, sont toujours dans les cartons de la mairie. Côté circulation, l’aménagement d’une piste cyclable le long de la traversée de Contescourt est à l’étude. Le village va également bénéficier d’un fleurissement plus étoffé.